Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Trafic d'uniformes militaires à l'Est : Monusco et FARDC, la gaffe

Article précédant | Suivant

Le Phare - 28 novembre 2014

Casques bleus Ukrainiens de la MONUSCO détenus en possession des uniformes FARDC
Casques bleus Ukrainiens de la MONUSCO détenus en possession des uniformes FARDC | Agrandir
L’affaire des casques bleus ukrainiens surpris mercredi à l’aéroport de Goma, en train de négocier l’achat des tenues des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) auprès d’un élément de la Garde Républicaine, continue de semer le trouble dans les esprits des millions de Congolais. Difficiles à croire au départ, les faits ont finalement été confirmés par des sources militaires tant congolaises qu’onusiennes. La version que tente de soutenir l’officier ukrainien pris la main dans le sac, à savoir que ces tenues devaient être utilisées pour la chasse à son retour dans son pays, a de quoi faire dormir debout.

Elle constitue une grosse gaffe pour la Monusco et les FARDC, occupées à traquer les ADF-Nalu à travers monts, vallées, forêts et plaines du territoire de Beni. Boudées par les autochtones en raison des circonstances troublantes des massacres qui se commettent quotidiennement dans un espace géographique où leur vigilance est censée être au top, elles vont avoir davantage du mal à les convaincre de leur volonté d’éradiquer cette force négative aux multiples facettes. Le dossier du trafic des tenues FARDC risque d’aggraver le fossé qui s’est déjà créé entre les populations locales et ces deux armées chargées de les sécuriser.

Chasse en Ukraine avec uniformes FARDC ?

La question qui vient naturellement à l’esprit est celle de savoir si pour chasser du gibier en Ukraine, il faut que le chasseur soit absolument revêtu d’une tenue des FARDC. S’il est établi que les parties de chasse dans ce pays se déroulent entre porteurs d’uniformes de l’armée régulière congolaise, il y a lieu d’avouer qu’il n’y a pas meilleure façon de se moquer de celle-ci.

L’acte posé par des membres du contingent ukrainien de la Monusco est d’autant gravissime que depuis un mois, des nouvelles en circulation dans le territoire de Beni font état de la présence, dans les rangs des vrais- faux ADF-Nalu, de combattants porteurs d’uniformes des FARDC, dont la sale spécialité est de signer des massacres des populations civiles au quotidien. En l’espace d’un mois, le bilan macabre de leurs tueries a dépassé les deux cents victimes. En leur qualité de membres de la Monusco, les casques bleus ukrainien n’ignorent pas l’enjeu que représentent les tenues des FARDC sur les différentes lignes de front, à Beni comme dans d’autres contrées du Nord-Kivu. L’on peut se demander, dans la foulée, si les casques bleus ukrainiens sont les seuls à se livrer au vilain jeu d’achat des tenues militaires des FARDC pour des mobiles obscurs.

Par ces temps où la RDC est à la recherche des traitres internes et externes qui ont relancé le cycle de l’insécurité au Nord-Kivu en général et à travers le territoire de Beni en particulier, l’incident de l’aéroport de Goma peut apporter pas mal de réponses aux questions jusque-là pendantes au sujet des auteurs et commanditaires des actes de criminalité qui touchent cette partie du pays.

S’agissant du soldat de la Garde Républicaine qui a présenté l’offre des tenues militaires aux Casques bleus ukrainiens, il relance lui aussi les suspicions en direction des compatriotes sous le drapeau qui font le jeu des ennemis de la paix au Nord-Kivu. Que peut-on attendre d’un trafiquant de tenues militaires et, pourquoi pas d’armes, de munitions et plans de guerre dans un site aussi sensible que l’aéroport de Goma ? Comment a-t-il pu croire que sa « marchandise » était destinée à la chasse au gibier en Ukraine ? Cet élément de la GR n’a-t-il jamais entendu parler des rebelles ougandais ou ceux prétendus tels qui sont en train de semer la mort et la désolation à travers le territoire de Beni, en se faisant passer pour des militaires des FARDC ?

No Kunda… non job !

Les critiques ont souvent été virulentes à l’endroit de la Monusco au sujet de sa mission de stabilisation de la RDC, laquelle consiste notamment à protéger les civils et à apporter aux FARDC un appui logistique conséquent dans les opérations de traque des forces négatives, nationales comme étrangères. Pour d’aucuns, les forces onusiennes seraient un véritable tonneau de Danaïdes, où les Nations Unies engloutissent chaque année plus d’un milliard de dollars américains, sans parvenir à ramener une paix durable en territoire congolais. Pour d’autres, la Monusco est incontournable pour la stabilité et la sécurité en RDC, malgré ses faiblesses. Sans elle, les mouvements rebelles sortis du néant en 1998 n’auraient jamais déposé les armes et accepté de participer au Dialogue intercongolais, soubassement de la réunification administrative et territoriale, de la gestion consensuelle des institutions républicaines pendant une

transition de 3 ans, du retour du pays aux élections.

Il s’est fait malheureusement que vers fin 2006, après l’élection de Joseph Kabila à la magistrature suprême, au moment où l’on pensait que le ventre mou du pays, entendez les deux Kivu, allait enfin se stabiliser, le général Laurent Nkunda s’est signalé avec une nouvelle rébellion, sous la bannière du CNDP (Conseil National pour la Défense du Peuple). Confiné dans le territoire de Rutshuru, à la frontière congolo-rwandaise, avec moins de 2.000 hommes et une puissance de feu limitée, il s’est mis à défier FARDC et Monusco de 2006 à 2009, suscitant le doute chez de nombreux compatriotes et étrangers.

Ceux qui soupçonnaient les Casques bleus des Nations Unies de raffoler des prolongations de leurs mandats ont vite imaginé une expression qui a rapidement fait le tour de la planète : « No Kunda…no job ». Pour cette catégorie de personnes, l’insécurité à l’Est est devenue un véritable business, dans lequel se retrouvent casques bleus et fonctionnaires onusiens, groupes armés congolais et étrangers, officiels congolais, rwandais et ougandais, multinationales, trafiquants d’armes et de minerais, etc. Bref, éliminer le général Nkunda et son CNDP, c’est consacrer la fin des haricots pour les différents profiteurs d’une situation sécuritaire volatile.

Comment réparer les pots cassés ?

La gaffe de Goma est là, avec la double signature des casques bleus ukrainiens de la Monusco et d’un élément de la Garde Républicaine (FARDC). Comment réparer les pots cassés ? Certains observateurs pensent que ce qui s’est passé à l’aéroport de Goma devrait pousser les deux armées à appuyer sur l’accélérateur en vue de neutraliser, sans délai, toutes les forces négatives internes et externes qui empêchent les populations civiles de l’Est de vivre en paix. L’unique challenge à jouer pour l’une et l’autre est d’éloigner à jamais, dans un bref délai, le spectre hideux de l’insécurité du Nord comme du Sud-Kivu. Tant que les ADF-Nalu, FDLR, M23 et autres forces négatives ne vont pas disparaître du lexique congolais, les autochtones de l’Est vont continuer à croire que les opérations de ratissage de ces bandes de terroristes restent des effets.


Autres articles


  1. Kananga: la partie Est de la ville se vide de ses habitants (15 avril 2017)
  2. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  3. Les généraux Gabriel Amisi et John Numbi sanctionnés par les Etats-Unis (28 septembre 2016)
  4. Marche des opposants à Goma : un mort et huit blessés (26 mai 2016)
  5. Les internautes se mobilisent pour alerter sur les massacres des civils à Beni (13 mai 2016)
  6. Au moins deux morts dans un important séisme dans l'est (7 août 2015)
  7. Fête de l'indépendance : des défilés militaires et civils organisés en RDC (30 juin 2015)
  8. Attaque de l'aéroport de Goma : 4 personnes arrêtées (3 juin 2015)
  9. Au moins 2 morts lors d'un échange des tirs à l'aéroport de Goma (2 juin 2015)
  10. 22 personnes tuées à la machette à Beni (14 mai 2015)
  11. Elections en RDC: Barack Obama insiste sur le respect de la constitution (1 avril 2015)
  12. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  13. Bukavu: journée ville morte contre la loi électorale (22 janvier 2015)
  14. Loi électorale: les étudiants réclament la libération des personnes arrêtées à Goma (21 janvier 2015)
  15. Loi électorale : des étudiants barricadent la nationale n°2 à Bukavu (21 janvier 2015)
  16. Bukavu: marche de l'opposition contre le nouveau projet de loi électorale (15 janvier 2015)
  17. Joseph Kabila confirme la tenue d'élections provinciales en 2015 (1 janvier 2015)
  18. Joseph Kabila : « Toutes les élections prévues par les lois seront organisées » (15 décembre 2014)
  19. Human Rights Watch réclame que les crimes du M23 soient jugés (12 décembre 2014)
  20. L'Opposition républicaine de Kengo Wa Dondo appelle au respect de la constitution (9 décembre 2014)
  21. Nouveau massacre à Beni : 13 morts et 7 blessés (8 décembre 2014)
  22. Procès Mamadou Ndala: le colonel Birocho Nzanzu condamné à mort (17 novembre 2014)
  23. La police étouffe une marche de l'opposition (3 novembre 2014)
  24. Nord-Kivu: des présumés ADF ont tué une dizaine de personnes à Beni (31 octobre 2014)
  25. Joseph Kabila est arrivé à Beni (29 octobre 2014)
  26. Après les tueries de Beni, les populations organisent des villes-mortes à Goma et Lubero (20 octobre 2014)
  27. Une nouvelle incursion des présumés ADF fait 22 morts à Eringeti (18 octobre 2014)
  28. La VSV préoccupée par le décès « suspect » du chauffeur de Mamadou Ndala (7 octobre 2014)
  29. Des changements dans les FARDC (19 septembre 2014)
  30. Deux officiers FARDC retrouvés morts : la Société civile du Nord-Kivu accuse l'armée rwandaise (19 septembre 2014)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.