Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution

Article précédant | Suivant

Radio Okapi - 30 octobre 2015

Emery Okundji
Emery Okundji | Agrandir
Réagissant la nomination des commissaires spéciaux à la tête des vingt-et-une nouvelles provinces, le député de l’opposition Emery Okundji a dénoncé vendredi 30 octobre «une violation intentionnelle et manifeste de la constitution.» Pour sa part, Henri Thomas Lokondo, un autre député de la majorité note que la RDC va ainsi disposer d’une administration atypique avec à la fois des dirigeants provinciaux élus et d’autres nommés.

«Nous avons une constitution dont le président de la République a l’obligation de veiller à son respect. La nomination des commissaires spéciaux est une violation intentionnelle et manifeste de la constitution de la République», a déclaré Emery Okundji, expliquant que la constitution ne prévoit pas la nomination des commissaires spéciaux.

L’élu de Lubefu a également accusé Joseph Kabila de diviser les Congolais pour avoir nommé à ces postes seulement les membres de la Majorité présidentielle:

«Comment le président de la République, c’est lui qui est supposé être le garant de la nation et de l’unité nationale, peut diviser davantage les Congolais. Là où ce sont des postes supposés être à la compétition des Congolaises et Congolais, vous violez la constitution. Vous nommez, vous ne tenez pas compte des autres Congolais. Seule sa famille politique se retrouverait nommer par cette ordonnance présidentielle.»

Selon lui, Joseph Kabila vient de faire reculer la RDC plus de 35 ans en arrière. «C’est la centralisation à outrance du pouvoir que nous avons décrié l’autre fois», a-t-il conclu.

Vous pouvez télécharger le propos du député Okundji ici :



Administration atypique

Une autre réaction après la nomination des commissaires spéciaux par ordonnance présidentielle, c’est celle d’Henri Thomas Lokondo, pour qui on assiste désormais à une territoriale atypique. «D’une part, on a des gouverneurs élus contrôlés par les assemblées provinciales, et de l’autre ceux qui sont nommés sans contre-pouvoir de contrôle», a-t-il indiqué.

Toutefois, l’élu de Mbandaka précise qu’il s’agit d’une décision qui tire sa source d’unarrêt de la Cour constitutionnelle et espère que cette situation exceptionnelle ne sera pas définitive:

«Il ne faut pas que le provisoire devienne le définitif comme on a l’habitude de le constater dans notre pays. Tout cela je l’ai cessé de le dire depuis l’Assemblée nationale. C’est parce qu’on a précipité de façon inconsidérée la mise en place de ces nouvelles provinces.»

La décentralisation administrative ne veut pas dire nécessairement le démembrement du pays même si c’est déjà consacré dans la constitution. Elle veut plus dire que la décentralisation des moyens et des pouvoirs, a-t-il poursuivi.

Henri Thomas Lokondo prévient par ailleurs que les commissaires spéciaux seront confrontés aux problèmes financiers:

«Même avec la structure d’anciennes provinces, la décentralisation veut dire aussi une bonne gouvernance de l’Etat avec l’appui un contrôle rigoureux de tout l’appareil de l’Etat assorti des sanctions exemplaires. On met d’abord les provinces en place et on cherche les moyens après. Ces hauts fonctionnaires nommés auront des problèmes financiers épouvantables suite à la trésorerie de l’Etat qui est très serrée.»

Selon lui, tout a été mal préparé techniquement. «Si la volonté politique est là pour respecter strictement ou rigoureusement la constitution, la loi de programmation (de nouvelles provinces) aurait dû être réaliste devant les faits», a-t-il estimé.

Vous pouvez écouter le député Lokondo ici :



Le président Joseph Kabila Kabange a nommé jeudi 29 octobre les commissaires spéciaux à la tête de nouvelles provinces issues du démembrement. Ces derniers sont notamment chargés de doter les nouvelles provinces «d’une administration, des services techniques et des infrastructures minimales pour pouvoir créer les balises nécessaires favorables à l’arrivée de nouveaux gouverneurs».


Autres articles


  1. L'ONU déplore la «dégradation inquiétante» de la situation des droits de l'homme en RDC (27 septembre 2017)
  2. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  3. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  4. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  5. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  6. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  7. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  8. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  9. Manifestation de l'opposition à Kinshasa : les sièges des partis politiques incendiés (20 septembre 2016)
  10. Joseph Kabila a décoré Papa Wemba à titre posthume (2 mai 2016)
  11. Moïse Katumbi: «Je donnerai bientôt ma position sur ma candidature» (31 mars 2016)
  12. Moïse Katumbi annonce son appartenance à l'opposition (4 janvier 2016)
  13. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  14. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  15. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  16. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  17. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  18. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  19. Affrontements entre policiers et militants de Kyungu à Lubumbashi (11 novembre 2015)
  20. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  21. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  22. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  23. Joseph Kabila nomme les commissaires spéciaux de nouvelles provinces (29 octobre 2015)
  24. Franck Diongo : Kabila ne rassure pas la classe politique (7 octobre 2015)
  25. Démission de Katumbi: « un signe de prise de conscience de la valeur politique » (5 octobre 2015)
  26. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  27. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  28. Démission de Katumbi du PPRD : «un acte héroïque», selon Kyungu wa Kumwanza (30 septembre 2015)
  29. Moïse Katumbi démissionne du PPRD et du gouvernorat du Katanga (29 septembre 2015)
  30. «réaménagement technique» du gouvernement Matata II (26 septembre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.